Accueil du site > Dernières nouvelles > GGI 2012 > Accès au complexe des Sciences Pierre Dansereau bloqué

Accès au complexe des Sciences Pierre Dansereau bloqué

[ lundi 5 mars 2012]


Depuis 8h00 ce matin, près de 150 étudiantes et étudiants bloquent l’accès aux cinq pavillons à vocation académique du Complexe des Sciences Pierre-Dansereau de l’UQÀM, répondant ainsi à l’appel de l’Association étudiante du secteur des sciences de l’UQÀM (AESSUQÀM).

Le Complexe des Sciences Pierre-Dansereau, situé à l’angle des rues Président-Kennedy et Saint-Urbain, comporte huit pavillons et abrite, notamment, des résidences et les bureaux de la TÉLUQ. Les étudiantes et étudiants de sciences réunis en assemblée générale ont choisi de faire des lignes de piquetage, mettant ainsi de la pression sur l’UQÀM, qui refuse toujours de prendre position contre la hausse des frais de scolarité malgré les demandes répétées de la communauté universitaire. « Il est grand temps que la haute direction de l’UQÀM cesse de défendre les idées dommageables de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CRÉPUQ) et se rallie aux décisions de ceux et celles qui font vivre l’université », déclare Émile Plourde-Lavoie, porte-parole de l’AESSUQÀM. Tout comme dans la majorité des facultés de l’UQÀM, les étudiants et étudiantes en sciences s’opposent vigoureusement à toute hausse de frais en éducation et revendiquent la gratuité scolaire.

Cette action survient un peu moins d’une semaine après le blocage du pavillon Anathase-David, où sont situés les locaux administratifs de l’UQÀM. Aujourd’hui, ce sont les orientations prises par l’UQÀM et l’ensemble des universités qui sont décriées : « Le gouvernement travaille à la mise en œuvre d’institutions centrées sur la recherche commercialisable au détriment de celle qui ne présente pas d’intérêt immédiat sur les marchés. Qui plus est, la hausse des frais de scolarité vient pallier aux coûts d’administration des universités qui explosent chaque année, continue monsieur Plourde-Lavoie. Nous continuerons de lutter tant que les politiques gouvernementales nous placeront derrière la recherche de bénéfices. »

L’AESSUQAM regroupe l’ensemble des étudiantes et étudiants de la Faculté des sciences et de l’Institut des sciences de l’environnement aux trois cycles d’études. Elle rassemble 3600 membres en grève depuis le 23 février.