Accueil du site > Dernières nouvelles > GGI 2012 > Assemblée générale du 13 mars

Résumé de l’assemblée générale

Assemblée générale du 13 mars

[ mercredi 14 mars 2012]


Résultats de l’assemblée générale de l’AESSUQAM du 13 mars 2012

Proposition de reconduction de grève

Considérant la manifestation nationale du 22 mars 2012,
Que la grève de l’AESS-UQÀM soit reconduite et ce jusqu’au mardi 27 mars 2012 ; et qu’en ce jour, à 13h, aie lieu l’assemblée générale de reconduction.

Pour : 269 ( 68,3%)
Contre : 107 ( 27,2%)
Abstention : 18 ( 0,05%)

La prochaine assemblée générale de reconduction aura lieu le 27 mars à 13h. Le lieu sera annoncé prochainement.


Revendications

Que les actions organisées en temps de grève ne bloquent pas les conférences des 28 mars, 12 avril et 19 avril par le comité environnemental de l’AESS

Considérant que l’assurance-qualité s’inscrit dans un processus mondial et planifié de marchandisation de l’éducation,
Considérant que la marchandisation de l’éducation vise d’abord et avant tout à permettre aux marchés de modifier les programmes d’éducation en fonction de leurs besoins spécifiques,
Considérant que, historiquement, l’éducation post-secondaire s’est construite sur l’affirmation d’une autonomie intellectuelle dans un but sociétal plus grand que le simple profit,
Considérant qu’au Québec, cette autonomie à entre autre servie à protéger une culture différente de celle du reste de l’Amérique du Nord,
Que l’AESS se positionne contre l’assurance qualité sous toutes ses formes ;
Que l’AESS s’oppose à la création d’une éventuelle Commission d’évaluation des universités québécoises (CÉUQ), tel que prescrite par la FEUQ.

Considérant que le financement par équivalent étudiant à temps (EETP) engendre une concurrence indue entre les institutions d’éducation post-secondaires pour l’obtention et la maximisation de financement public ;
Considérant que le financement par EETP désavantage les secteurs et les universités jugés non-rentables ;
Considérant que les principes de concurrence, d’efficacité et de performance issus du privé engendrent des problèmes structurels dans les institutions post-secondaires, les empêchant de mener à bien leur mission de transmission large et autonome des savoirs ;
Que le financement des universités revienne au mode de financement historique qui prévalait avant l’an 2000 et que soit aboli le financement par équivalent étudiant à temps plein (EETP), dans le but de minimiser la concurrence entre les universités.

Que l’AESS se positionne contre les contrats de performance tels que suggérés par le Gouvernement du Québec dans son fascicule "Un plan de financement des universités équitable et équilibré".

Considérant que l’éducation doit se dissocier d’intérêts économiques pour préserver ses fonctions de transmission libre du savoir et de recherche autonome ;
Considérant que les fonctions de recherche des institutions post-secondaire sont financées principalement par le Ministère du Développement Économique, de l’Innovation et de l’Exportation ;
Considérant que la totalité des institutions d’éducation devraient relever du Ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport ;
Que le milieu de l’éducation ne relève d’aucune manière du Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation.

Considérant le détournement de fonds publics au profit du privé que représente le financement des Bureaux de liaison Entreprises- Universités (BLEUs), les Sociétés de valorisation (SOVALs) et les CCTT ; Considérant que les BLEUs, de par leur fonction de marchandisation, n’ont pas leur place au sein des universités ;
Considérant que les CCTT contribuent à dégager les professeur-e-s de leurs charges d’enseignement dans les Cégeps ;
Considérant que les CCTT et les BLEUs font uniquement la promotion de la recherche appliquée, et ce, aux détriments de la recherche fondamentale ;
Considérant que les CCTT utilisent des infrastructures publiques, qui pourraient servir à des fins d’enseignement ou de services à la population étudiante collégiale ;
Que les BLEUs, les CCTT soient séparés totalement du réseau de l’éducation et qu’ils ne soient plus financés et gérés publiquement, et que cesse le financement public des sociétés de valorisation.

Mise en dépôt

Considérant les controverses et les intérêts des entreprises privées entourant le Plan Nord ;
Considérant la position de l’AESS : "Que L’AESS se positionne pour un réseau d’éducation public libre de toute ingérence de l’entreprise privée, y compris dans le financement et par la sous-traitance." ;
Considérant le récent document, produit par l’UQAM, contenant des thèmes de recherche et des noms d’experts liés au grand Nord et remis au scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion ;
Considérant les différentes déclarations des recteurs de l’Université de Montréal et de l’UQAM, sui se disaient intéressés par un partenariat avec le Plan Nord ;
Que l’AESS s’oppose à toute participation des universités québécoises à des concours de subvention, proposés par le gouvernement et/ou des entreprises privées, qui visent à défendre le Plan Nord dans sa forme actuelle.

Avis de motion

Considérant les incertitudes entourant les conclusions des États généraux sur les sciences de l’environnement ;
Considérant les définitions et les conclusions proposées dans le rapport du Comité ad hoc, notamment celles favorisant la ségrégation disciplinaire ;
Que l’AESS adopte la définition des sciences de l’environnement suivante :
« Un arrimage interdisciplinaire fort des sciences sociales, humaines, biophysiques et appliquées permettant de mieux comprendre les enjeux environnementaux dans une perspective globale et critique, qui invite à l’action »

Que la phrase "Une proposition en vue de changer la procédure de votation doit être appuyée avant d’être soumise à l’assemblée et est adoptée si elle est obtient les deux tiers (2/3) des voix exprimées." de l’article 26 du code de procédures soit remplacée par "Une proposition en vue de changer la procédure de votation doit être appuyée avant d’être soumise à l’assemblée et est adoptée si elle est obtient la majorité des voix exprimées."

Que le point 6 des Règlements généraux de l’AESS soit remplacé par le suivant :
6. L’Association est un syndicat étudiant combatif, démocratique et féministe. En ce sens, ses buts sont notamment les suivants :
2. Défendre les droits individuels et collectifs des étudiants et étudiantes, veiller à leurs intérêts sociaux, politiques et économiques et défendre et promouvoir une éducation accessible et de qualité.
3. Constituer et promouvoir un réseau de services pour ses membres.
4. Être une tribune où les membres peuvent librement exprimer leur point de vue au sujet de l’actualité, d’enjeux sociaux, ainsi que sur différents regroupements, comités et organismes.

BQAM

Que l’AESSUQAM s’engage à verser 3000$ pour l’établissement d’un projet-partenaria avec BQAM. Les membres de l’AESS désirant devenir membres de BQAM n’auront pas besoin de verser le montant de la cotisation.
Que l’AESS s’engage à remettre la somme total en deux versements de 1500$. Le premier versement sera fait en mars 2012 et le second en septembre 2012.
Le projet-partenariat s’applique rétroactivement de janvier 2012 à janvier 2013. La rétroactivité s’applique aux membres de l’AESS ayant déjà payé leurs cotisations à BQAM, en majorant leur abonnement selon le nombre de mois de l’entente de partenariat avec l’AESS (12 mois). Pour les membres de l’AESS qui n’ont pas déjà payé leurs cotisations à BQAM, leur adhésion devrai être renouvelée à tous les trimestres (pour s’assurer de leur appartenance à l’AESS). En contrepartie, BQAM s’engage à ouvrir son atelier au moins une fois pas semaine lors des horaires réguliers de l’UQAM. De plus, BQAM s’engage à faire un suivit avec les membres du comité exécutif de l’AESS de façon bimestriel.
Pour s’assurer du succès de ce projet-partenariat, les deux parties s’entendent pour organiser une réunion avant la rentrée d’automne 2012 (pour préparer la campagne de diffusion) et une réunion lors de l’atteinte de 100 membres AESS et/ou une réunion avant décembre 2012 (pour vérifier l’achalandage et décider de reconduire le projet-partenariat pour l’année 2013). Dans le cas où l’achalandage de l’atelier de BQAM est resté constant, le nombre de membres financés par l’AESS serait majoré jusqu’à 150. Si l’achalandage est trop important dû à l’augmentation des membres de l’AESS ou si le maximum de 150 membres est atteint, le partenariat entre BQAM et l’AESS devra être renégocié et le tarif préférentiel des membres de l’AESS suspendu jusqu’à la conclusion d’une nouvelle entente avec l’AESS.