Accueil du site > Dernières nouvelles > Crise financière UQAM > L’UQÀM veut (encore !) augmenter les frais afférents.

L’UQÀM veut (encore !) augmenter les frais afférents.

[ mardi 13 février 2007]


Augmentation des frais afférents à l’UQÀM.

Nous pensions que cet enjeu était sur la glace avec l’arrivée d’une rectrice par intérim (qui vise possiblement une élection en bonne et due forme prochainement et qui s’était prononcée contre les hausses de frais afférents), avec la goutte d’eau que représenterait une telle hausse pour l’UQÀM et avec la réponse que nous avions obtenu au CA de la part de la vice-rectrice aux finances, Monique Goyette.

Nous avons aujourd’hui reçu en séance le plan de redressement financier de l’UQÀM. 

Pour vous situer, voici un bref compte rendu du Conseil d’administration de l’UQÀM de ce matin :

L’UQÀM doit notamment présenter un plan de redressement au MELS (Ministère éducation loisirs et sports) afin d’obtenir une partie des subventions gouvernementales qui ne sont versées que lorsqu’une université présente soit un budget équilibré ou un plan de redressement visant à retrouver l’équilibre le plus rapidement possible (ce qui est actuellement le cas de l’UQÀM).

Dans le plan de redressement se trouve déjà les sommes que l’UQÀM obtiendrait si elle haussait ses frais afférents selon la résolution du 2 novembre de l’assemblée des gouverneurs du réseau de l’UQ soit :

Que les frais généraux soit de 40$ (hausse de 20$ pour l’UQÀM) (voir le relevé d’inscription facture) ;

4$ par crédit pour des frais technologiques (donc, 5 cours de 3 crédits = 60$) ;

*Une hausse des frais à payer de 80$/session/étudiant*.

L’UQÀM, selon les estimations, recueillerait 5M$ pour l’année 2007-2008, somme qui serait utilisé pour éponger le déficit du budget de fonctionnement.

Cependant, l’UQÀM s’engage à ce qu’une entente soit faite avec les associations facultaires étudiantes avant que les hausses soient en vigueur. Nous avons déjà fait face à pareille situation l’automne dernier. Nous avions alors participé à deux rencontres à ce sujet. Ce matin, nous avons rappelé aux administrateurs de l’UQÀM que des hausses de frais afférents représentaient beaucoup pour les étudiants et que très peu pour l’UQÀM et que la réelle solution au sous-financement passait par un réinvestissement public.

Où nous en sommes maintenant.

Il faut donc une entente entre l’UQÀM et les associations facultaires. Présentement, aucune entente n’est possible compte tenu des positions de la majorité des associations facultaires (dont la position de l’AESS qui s’oppose à toute hausse frais afférents, les considérants ni plus ni moins comme une taxe facturée aux étudiants).

L’UQÀM peut, par le CA, entente ou pas, hausser quand même les frais afférents. Peu probable, mais tout à fait envisageable vu que leur parole ne vaut décidément pas grand chose.

Il y aura une rencontre des associations facultaires étudiantes et du syndicat des employés étudiants de l’UQÀM demain (14 février) sur l’heure du souper.

Nous ne laisserons certes pas la situation aller sans manifester notre mécontentement. Dès que nous obtiendrons des renseignements supplémentaires ou concernant tout développement dans ce dossier, nous tiendrons les membres de l’AESS informés.