Accueil du site > Dernières nouvelles > L’esplanade de la Place des Arts envahie par un cube rouge géant

L’esplanade de la Place des Arts envahie par un cube rouge géant

Mercredi le 14 novembre 2007

[ jeudi 15 novembre 2007]


Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

L’esplanade de la Place des Arts envahie par un cube rouge géant

MONTRÉAL - 14 novembre - Deux cent étudiant-es de l’UQAM ont déplacé 70 cubes rouges de quatre pied d’arête sur l’esplanade de la Place des Arts pour les assembler en un cube géant. Ils ont paradé autour du cube et se sont livrés à un die-in, sorte de mise en scène représentant la mort instantanée des manifestants. Cette activité est le paroxysme d’une journée d’activités organisée par le Rassemblement des Artistes Très Sensibilisés (RATS) visant à se réapproprier visuellement les lieux publics.

En effet, en début de journée, les RATS ont érigé les cubes dans l’agora du pavillon Judith-Jasmin de l’UQAM. Ils se sont ensuite livré à une performance théâtrale devant le pavillon de l’administration mettant en vedette la marionnette d’un corbeau couronné. Sur un fond de musique baroque, le futur roi de l’établissement s’est entretenu avec ses sujets étendus par terre entourés de cubes rouges. Il a ensuite défilé entre eux pour pénétrer dans l’université. Vers 12h30, les étudiant-es ont sorti les cubes rouges de l’UQAM pour emprunter la rue Maisonneuve qu’ils ont parcouru en file indienne en transportant leurs cubes qu’ils ont été déposer sur l’esplanade de la Place des Arts. Le célèbre sculpteur Armand Vaillancourt leur a alors livré un discours contre l’institutionnalisation de l’éducation et de l’art.

Au passage, ils se sont arrêtés devant le cégep du Vieux-Montréal où ils ont dressé un mur de cubes rouges, pour souligner leur appui aux étudiants réprimés par la force policière de Montréal, hier. Ils sont retournés au cégep après être passé la Place des Arts pour perturber visuellement la conférence de presse de l’administration.

« On veut remettre sur la place publique le débat entourant l’éducation et la culture. L’université, c’est pas juste une affaire d’argent, c’est aussi la formation de citoyens critiques et d’artistes engagés qui sont capables de prendre une distance face la société et d’offrir un nouveau regard. », lance Marie-Eve Levasseur porte-parole des RATS.

Les étudiant-es de l’UQAM sont en grève au moins pour une semaine du 12 au 16 novembre. Ils s’opposent au plan de redressement et exigent du gouvernement le refinancement complet de la dette de l’UQAM.

- 30 –

Valérie Reine Marcil, attachée de presse des étudiant-es en grève de l’UQAM (514) 265-8403