Accueil du site > Dernières nouvelles > LE COMITÉ EXÉCUTIF DU SEUQAM DÉNONCE L’INJONCTION DEMANDÉE

Communiqué de presse du SEUQAM

LE COMITÉ EXÉCUTIF DU SEUQAM DÉNONCE L’INJONCTION DEMANDÉE

[ jeudi 20 mars 2008]


MARDI 18 MARS 2008

LE COMITÉ EXÉCUTIF DU SEUQAM DÉNONCE L’INJONCTION DEMANDÉE PAR L’UQAM AINSI QUE LES GESTES VIOLENTS DES DERNIÈRES SEMAINES

Les dernières semaines ont été marquées par des tensions croissantes entre les associations étudiantes en grève et la direction de l’UQAM. À la suite de la manifestation étudiante de jeudi dernier qui a forcé le report d’une réunion de la Commission des études, l’Université a obtenu une injonction en Cour supérieure contre quatre associations étudiantes facultaires. Nous dénonçons le recours à l’injonction qui envenime le conflit actuel et menace la défense des droits sur la place publique.

Non à la violence sous toutes ses formes

La Politique contre la violence adoptée par l’Assemblée générale en 2003 est claire : au SEUQAM nous ne tolérons aucune violence ! Nous réaffirmons que les gestes de violence à l’égard des personnes, ainsi que les actes de vandalisme qui ont marqué certaines manifestations étudiantes sont inacceptables. La solution à la crise actuelle passe par la discussion, le dialogue. Nous appelons au calme et demandons aux parties de rechercher ensemble des solutions viables.
Non à l’autoritarisme

Le projet de résolution soumis par la direction de l’UQAM, et qui doit être débattu à la Commission des études, nous paraît excessif dans sa forme et dans les moyens qu’il met en œuvre afin de ramener les étudiantes et les étudiants dans leurs cours. D’une part, il comporte des mesures contraignantes pour les enseignantes et les enseignants, laissant entendre qu’ils pourraient avoir à franchir des lignes de piquetage. D’autre part, il force le retour en classe des étudiantes et des étudiants, sous peine d’échec, alors que des associations étudiantes ont encore des mandats de grève qui leur ont été confiés par leurs membres. C’est inacceptable.

Quant à l’injonction demandée par l’UQAM, elle est à notre avis d’autant plus injustifiée qu’elle constitue un dangereux précédent pour tout groupe de l’Université qui voudrait exercer des moyens de pression pour soutenir ses demandes. C’est pourquoi nous la dénonçons vivement.

Nous constatons que les gestes de la direction de l’Université sont empreints d’un autoritarisme qui révèle non seulement sa façon d’entrevoir ses relations avec les étudiantes et les étudiants, mais aussi, par extension, sa vision des relations de travail avec ses employées et employés.

Le Comité exécutif

Michel Bolduc
Responsable de l’information
SEUQAM, SCFP-1294
Téléphone : 514 987-3000, poste 1799
Télécopieur : 514 987-6596
Courrier électronique : bolduc.michel@uqam.ca