Manif-Action

[ vendredi 4 mai 2012]


Quoi ? : Manif-Action à l’ouverture du Conseil général du Parti libéral du Québec
Quand ? : Vendredi le 4 mai 2012 à 18h00
Où ? : Victoriaville

Détails à confirmer Des transports sont organisés de différentes régions et de Montréal. Détails à venir.

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics invite la population à manifester son indignation et sa colère à l’occasion du Conseil général du Parti libéral du Québec, le vendredi 4 mai dès 18h00.

Dès son élection, Jean Charest a annoncé son souhait de faire une « réingénierie » de l’État. Ses budgets d’austérité ont imposé le virage drastique qu’il souhaitait en mettant en œuvre d’importantes compressions et un recours accru à la taxation, à la privatisation et à la tarification des services publics. Un ensemble de mesures régressives comme la hausse des frais de scolarité et la contribution santé appauvrit la classe moyenne et maintient les plus pauvres dans une situation de survie inacceptable. En plus, ce gouvernement refuse de répondre aux demandes populaires en faveur du respect des droits sociaux et de la lutte contre la pauvreté

Parce qu’avec la crise financière, la situation du Québec était alarmante ? Parce qu’il fallait renflouer les coffres de l’état pour effacer le déficit ? Dans ce contexte, comment justifier que le gouvernement se soit lui même privé de sommes importantes en baissant les impôts des plus riches et des grosses compagnies ? Depuis 2007, ce sont 5 milliards $ qui ont disparu des coffres de l’État !

Nous ne sommes pas des valises ! Mettons NOTRE richesse à notre service !

Les groupes sociaux sont mobilisés, refusent de payer pour LEUR crise et proposent des alternatives fiscales permettant de financer adéquatement les services publics et les programmes sociaux, plutôt que les portes-feuilles des grands patrons : • il faut augmenter le nombre de paliers d’imposition pour que les plus riches contribuent davantage ; • il faut augmenter les impôts des grandes entreprises et réduire leurs abris fiscaux ; • il faut augmenter les redevances sur l’exploitation des ressources naturelles.

Le gouvernement Charest doit cesser de mettre en marché les services publics et doit abandonner le projet de faire payer les personnes qui les utilisent ; il doit choisir la redistribution de la richesse et la solidarité sociale.

Leurs solutions ne sont pas les nôtres !